Le pauvre moulin de mon grand-père
Ne joue plus avec le vent
Il vieillit, attend, puis désespère
Et gémit souvent bien souvent:

Cric crac cric crac cric crac cric
Cric crac cric crac cric crac crac.

Fermer