Sans MUSIQUE

Les bergers à la crèche
Pastorale du XIXe siècle.

Refrain
Berger, berger
Vois-tu là-bas, là-bas, là-bas
Berger, berger
C'est à l'étable, hâtons le pas
Rien qu'en voyant la pauvre étable
Je sens déjà battre mon coeur
Dans ce réduit si misérable
On nous a dit: c'est le Sauveur
Oui, c'est bien là, c'est là l'étable
Où l'on a dit qu'est le Sauveur.

- 1 -
Mais saurais-tu ce que nous marque
Et cette étable et cet enfant ?
Je ne sais trop, mais un monarque
Voudrait venir plus triomphant.
Peut-être un jour l'enfant de nos montagnes
Tout comme nous doit être aussi pasteur
L'ange divin semblait dans nos campagnes
Pour Israël annoncer un Sauveur. (bis)

- 2 -
Mais un Sauveur dans une crèche
C'est un mystère selon moi
Le ciel l'a dit, rien ne m'empêche
De voir en lui, mon Dieu, mon Roi.
Est-ce l'enfant que notre prophétie
Depuis longtemps promet à nos aïeux ?
Oui je le crois, berger, c'est le Messie
Le Rédempteur qu'appellent tous nos voeux. (bis)

- 3 -
Voici tout près la pauvre étable
Ah! peut-on naître en ce réduit !
Elle est encor plus misérable
Que les anges ne l'avaient dit
Dieu, le vent souffle et la terre est glacée
Et la cabane ouverte à tous les vents
Entrons, berger, c'est la grotte annoncée
Ah! j'aperçois le plus beau des enfants. (bis)

Dernier refrain
Berger, berger
Sa mère est là, sa mère est là
Berger, berger
Qui de nous deux lui parlera ?
En vous voyant près d'une mère
Je sens déjà battre mon coeur
Divin Jésus, mon petit frère,
J'adore en vous mon Dieu Sauveur
Et vous, ma bonne et sainte mère
À votre Fils offrez mon coeur.

Fermer