Le Noël d'Aline (conte)

Musique

Cette année-là, en s'éveillant le matin de Noël, la petite Aline vit qu'un grand tapis de neige couvrait la terre et le toit de toutes les maisons. Elle pensa tout de suite que le Père Noël devait venir la nuit suivante et qu'il aurait bien froid pour porter des jouets à tous les enfants du monde.

Aline qui avait bon coeur y songea tout le jour et quand la nuit fut descendue sur la terre, elle sortit dans le jardin pour attendre l'arrivée du bonhomme Noël.

Elle attendit longtemps malgré le vent qui soufflait bien fort et la neige qui tombait toujours et ses petits pieds étaient tout glacés.

Enfin minuit sonna au clocher de l'église.

Au même instant un grand rayon de lune descendit du ciel sur la terre et Aline vit bien loin, bien loin dans le rayon de lune, le bonhomme Noël debout sur son char avec son bonnet pointu, sa robe brune et sa grande barbe blanche toute couverte de neige qui criait et sifflait pour exciter les chevreuils qui l'emportaient bondissant sur les nuages et agitant leurs colliers de clochettes d'argent.

Quand Noël arriva sur la cheminée d'Aline, il entendit dans le jardin une petite voix qui appelait:

- Père Noël ! Père Noël !

Tout étonné il regarda et vit Aline qui l'attendait les pieds dans la neige et son petit nez tout rougi par le froid. Il descendit bien vite et lui demanda ce qu'elle faisait dans le jardin au milieu de la nuit.

- Tu viens toujours, lui dit Aline, nous porter nos joujoux pendant que nous dormons et j'avais grande envie de te voir: d'abord, pour te remercier et si tu veux bien, aussi, pour t'embrasser.

Alors le Père Noël tout ému la serra sur son coeur et la porta dans son petit lit blanc.

Puis, tout en la berçant, il demanda au vent pour l'endormir, de lui chanter sa jolie chanson dans les branches.

Alors Aline ferma les yeux et, souriante, elle s'endormit.

Longtemps il veilla sur son sommeil.

Mais il fallait partir pour porter les joujoux aux autres petits enfants.

Alors, le coeur bien gros d'être obligé de la quitter déjà, il ne put retenir quelques larmes qui tombèrent dans le berceau d'Aline. Il posa un baiser sur son front pour lui donner de jolis rêves et doucement, il s'en alla.

Et dans son sommeil, Aline entendait le bruit des clochettes qui s'éloignaient emportant le bonhomme Noël pour une année encore.

Puis, ce fut le silence et de nouveau la nuit descendit sur la terre.

Le lendemain matin, quand Aline s'éveilla, le soleil inondait sa chambre.

Dans la cheminée, un grand arbre tout illuminé était couvert des plus beaux joujoux du monde. Le vent chantait toujours sa jolie chanson dans les branches et Aline avait autour du cou un beau collier de perles qui était fait de toutes les larmes que le Père Noël avait versées pour elle.




Dit par: Eddy Debray (1922)

Fermer