L'âme des violons

- 1 -
Il est minuit Montmartre s'illumine
Tous les concerts se vident à grand bruit
Et des viveurs la fête se termine
Dans la taverne ou la boîte de nuit
Parmi les fleurs, les femmes, la fumée
En bas de soie, habit rouge et col noir
C'est le tzigane à la valse pâmée
Qui va charmer jusqu'au passant du soir.

Refrain
Écoutez l'âme des violons
Chansons d'amour, chansons joyeuses
Les "Muguette" et les "Ninon"
Prennent des poses langoureuses
Par les notes endiablées
Passant dans des rythmes profonds
Les femmes sont ensorcelées
Quand chante l'âme des violons.

  - 2 - (Non chanté ici)
Elle a vingt ans, c'est une fiancée
Aux doux yeux bleus qui rêve de l'absent
Dans la maison c'est la petite fée
Qui met du ciel au coeur des vieux parents
Il se fait tard et pour tromper l'attente
Son violon sorti de l'écrin noir
Va sous ses doigts jeter la note ardente
De son amour qui fait tout son espoir.

Refrain
Écoutez l'âme des violons
Âme de rêve, âme berceuse
Les femmes inclinent leur front
Quand la musique est prometteuse
Chansons d'avril, chansons charmantes,
Hymne des coeurs en floraison
Les baisers des jeunes amantes
Font rêver l'âme des violons.

- 3 -
Dans ce salon, la douce symphonie
L'orchestre entier frémit sous les archets
Dans un fauteuil une femme pâlie
Essuie un pleur dont ses cils sont perlés
Sur son bonheur a passé la tourmente
Elle a souffert dans son coeur délaissé
Et la chanson que la musique chante
Aux soirs joyeux l'a maintes fois bercée.

Refrain
Écoutez l'âme des violons
Chansons d'automne et de tristesse
Voix plaintive des trahisons
Consolant, même en sa détresse,
Maudissant les amants infâmes
Et pleurant sur les abandons
C'est peut-être l'âme des femmes
Qui pleure en l'âme des violons.


Paroles: Ph. Febvre
Musique: D. Lawrence et R. de Buxeuil
Interprète: Jean Lumière (1931 ?)

Fermer