Les bruits de fond ne peuvent être supprimés. Votre indulgence est appréciée.


Le carillonneur

- 1 -
Le sonneur du beffroi, Jean-Pierre,
Solitaire, habite au sommet
Là-haut, parmi les vieilles pierres
Qui gardent si bien leur secret
Mais ses cloches sont ses compagnes
Et le soir quand vient Margoton
Éveillant l'écho des montagnes
S'égrène un joyeux carillon.

Refrain
Écoutez donc les vieilles cloches
Sonner l'heure du rendez-vous
Voici Margoton qui s'approche
Leur murmure est encor plus doux
Le bronze ébranle la charpente
Du sommet de la vieille tour
S'envole une chanson d'amour
Les cloches chantent.

- 2 - (Non chanté ici)
Un jour Margoton l'infidèle
À Jean-Pierre fit ses adieux
Elle allait, l'horrible nouvelle,
Épouser un autre amoureux
Et, torturé jusqu'aux entrailles,
Jean-Pierre le carillonneur
Dut sonner pour leurs épousailles,
Hurlant de rage et de douleur.

  Refrain 2 (Non chanté ici)
Écoutez donc les vieilles cloches
Qui sonnent des carillons fous
Pour l'infidèle au coeur de roche
Pour Margoton et son époux
Écoutez, les échos ré√®pondent
Et Jean-Pierre le délaissé
Frappe le bronze à le briser
Les cloches grondent.

- 3 -
Elles ont toutes des fêlures
Les cloches du carillonneur
Plus cruelles sont les blessures
Que Jean-Pierre porte en son coeur
Pour mettre fin à son supplice
Hanté par le passé maudit
À l'heure où l'on sonne l'office
Jean-Pierre au pendant se pendit.

Refrain 3
Écoutez donc les vieilles cloches
Comme un carillon écroulé
De Jean-Pierre c'est la caboche
Qui frappe le bronze fêlé
Elles sonnent sa dernière heure
Et jetant encor aux échos
Un dernier râle de sanglots
Les cloches pleurent.


Paroles: Eugène Joullot, Marcel Bertal
Musique: Léo Daniderff
Interprète: T. Bezazlan (1922)

Fermer