Le cor


J'aime le son du cor, le soir au fond des bois
Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois
Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille
Et que le vent du nord porte de feuille en feuille
J'aime le son du cor, le soir au fond des bois.

Que de fois, seul, dans l'ombre à minuit demeuré
J'ai souri de l'entendre et plus souvent pleuré !
Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques
Qui précédaient la mort des paladins antiques
Bien souvent, seul, dans l'ombre à minuit demeuré
J'ai souri de l'entendre et plus souvent pleuré.

Âme des chevaliers, revenez-vous encore ?
Est-ce vous qui parlez avec la voix du cor ?
Ronceveaux! Ronceveaux dans ta sombre vallée
L'ombre du grand Roland n'est donc pas consolée.

J'aime le son du cor, le soir au fond des bois
J'aime le son du cor, le soir au fond des bois.


Poème d'Alfred de Vigny
Musique: Flégier
Interprète: Armand Narçon

Fermer