L'écritoire


Le jeune homme écrivait, penché sur l'écritoire
Éclairé de la rue par une aurore avare
Et les mots se suivaient comme le fil des ans
Sans jamais s'arrêter un instant
Le jeune homme écrivait, penché sur sa mémoire
Le visage éclairé d'une lueur d'espoir
Et les mots se posaient comme font les flamants
Dans sa tête et sur le papier blanc
Et les mots se posaient comme font les flamants
Sans jamais hésiter un instant.

Et le monde tournait pourtant
Et le monde tournait pourtant.

Le bonhomme écrivait, penché sur l'écritoire
Le soleil en tombant desséchait l'encre noire
Mais les phrases coulaient comme autant de torrents
Sans jamais se tarir un instant
Le bonhomme écrivait, penché sur son histoire
Ses rêves d'autres vies, ses rêves d'autres gloires
Et les mots racontaient le fil d'un autre temps
Dans sa tête et sur le papier blanc
Et les mots racontaient le fil d'un autre temps
Sans jamais se tromper d'un instant.

Et le monde tournait pourtant
Et le monde tournait pourtant.

Le vieil homme écoutait, courbé sur son grimoire
Le regard fatigué dans la pâleur du soir
Mais les mots se taisaient comme font les tourments
Sans jamais disparaître vraiment
Puis enfin il dormait, tombé sur l'écritoire
Éclairé de la rue par une aurore avare
Et les mots s'envolaient comme font les flamants
De sa tête et de son papier blanc
Et les mots s'envolaient comme font les flamants
Sans qu'il sache ni pour qui, ni pour quand.

Et le monde tournait pourtant
Et le monde ...



Paroles et musique: Yves Duteil
Interprète: Yves Duteil

Fermer