La légende du petit navire

Il était un petit navire
Qui longtemps avait voyagé
Il était, je dois vous le dire
Par Notre-Dame protégé
Car depuis des mois, des semaines,
De longs mois et de très longs ans
Voguant sur les mers incertaines
Il avait bravé les autans.

Les marins hâlés par la bise
Très vieux, marchaient à pas pesants
Les mousses portaient barbe grise
Le capitaine avait cent ans.

En dépit des vieilles voilures
Des cordes, des filins trop courts
Qui pendaient le long des mâtures
Le navire avançait toujours.

Si bien que par un soir d'orage
Poussé par l'ouragan fatal
Le bateau, sans mât ni cordage,
Vint échouer au port natal.

Mais au pays qui le vit naître
Il ne rencontra que mépris
Nul ne voulut le reconnaître
On l'accueillit avec des cris
On n'eut que rires, que menaces,
Pour les vieux marins abattus
Les enfants avec des grimaces
Lancèrent des caillous pointus.

Alors sans vivres, sans ressources,
Levant l'ancre encore une fois
Le navire reprit sa course
Pour des semaines et des mois.

Aux feux de la naissante aurore
Le soir dans l'horizon confus
On l'aperçut longtemps encore
Puis un jour on ne le vit plus
Le petit navire sans voiles
Lassé des océans maudits
Voguant au pays des étoiles
Avait gagné le paradis.


Paroles: Georges Fragerolle
Musique: Edmond Missa
Interprète: Lucien Tourangeau (1931)

Fermer