La maison grise


J'aimais la vieille maison grise
Où j'ai grandi près du foyer
Les jours y coulaient sans surprise
Sous les branches du vieux noyer

Les choses m'y sont familières
Elles m'accueillaient doucement
Et dans leurs réseaux, les lierres
Enlaçaient mon âme d'enfant

Hélas, mon âme s'est reprise
D'autres pensers m'ont envahi
Déjà s'efface dans l'oubli
Ma pauvre vieille maison grise.


Poème de A. de Caillavet et R. de Flers
Musique: André Messager
Interprète: Georges Thill

Fermer