Sans MUSIQUE


Maman

De tous mes souvenirs, aussi loin qu'ils remontent
Le plus cher à mon coeur te ressemble... Maman
Je te revois souvent comme la fée d'un conte
Penchée en souriant sur mes chagrins d'enfant.

Quand je ferme les yeux c'est ta voix qui m'enchante
Me berçant aux saveurs de refrains d'autrefois
Elle résonne en moi comme un violon qui chante
Me faisant retrouver le goût de mes émois.

Je nous revois tous deux au doux temps des vacances
Courant sur le chemin bordé d'arbres en fleurs
Ou écoutant le vent auprès du blé qui danse
Tandis qu'un papillon défendait ses couleurs.

Quand je ferme les yeux, c'est ta voix qui m'enchante
Accompagnant le vent d'un refrain d'autrefois
Elle résonne en moi comme un violon qui danse
Mêlant sa mélodie aux murmures des bois.

Le temps s'est écoulé laissant sur son passage
Des rides sur nos fronts, du blanc sur nos cheveux
Mais tu n'as pas changé, gardant sur ton visage
Le sourire des jours où nous étions heureux.

Quand je ferme les yeux j'entends ta voix qui tremble
Cherchant à murmurer un refrain d'autrefois
Qu'il est loin le chemin où nous marchions ensemble
Ah! combien j'aimerais le retrouver parfois!

Tu étais là, maman, et dans mon insouciance
Je n'imaginais pas que ce temps finirait
Maintenant confronté à l'éternelle absence
Il ne reste en mon coeur que le goût des regrets.


Marcel Granger / Alain Morisod


Fermer