Ô Carillon

- 1 -
Ô Carillon, je te revois encore
Non plus hélas! comme en ces jours bénis
Où dans tes murs la trompette sonore
Pour te sauver nous avait réunis
Je viens à toi quand mon âme succombe
Et sent déjà son courage faiblir
Oui, près de toi, venant chercher ma tombe
Pour mon drapeau je viens ici mourir.

- 2 - (Non chanté ici)
Mes compagnons, d'une vaine espérance
Berçant encore leurs coeurs toujours français
Les yeux tournés du côté de la France
Diront souvent: reviendront-ils jamais!
L'illusion consolera leur vie
Moi, sans espoir, quand mes jours vont finir
Et sans attendre une parole amie
Pour mon drapeau je viens ici mourir.

- 3 - (Non chanté ici)
Cet étendard, qu'au grand jour de bataille
Noble Montcalm, tu plaças dans ma main
Cet étendard, qu'aux portes de Versailles
Naguère, hélas, je déployais en vain
Je le remets au champ, où, de ta gloire
Vivra toujours l'immortel souvenir
Et dans la tombe emportant ta mémoire
Pour mon drapeau je viens ici mourir.

- 4 -
Ils sont heureux ceux qui, dans la mêlée,
Près de Lévis moururent en soldats
En expirant, leur âme consolée
Voyait la gloire adoucir leur trépas
Vous qui dormez dans votre froide bière
Vous que j'implore à mon dernier soupir
Réveillez-vous! apportant ma bannière
Sur vos tombeaux je viens ici mourir.


Paroles: Octave Crémazie
Musique: Ch. Sabatier
Interprète: P-Émile Corbeil (1945)


Fermer