Paysage


À deux pas de la mer qu'on entend bourdonner
Je sais un coin perdu de la terre bretonne
Où j'aurais tant aimé, pendant les jours d'automne,
Chère, à vous emmener !

Des chênes faisant cercle autour d'une fontaine
Quelques hêtres épars, un vieux moulin désert,
Une source dont l'eau claire a le reflet vert
De vos yeux de sirène

La mésange, au matin, sous la feuille jaunie
Viendrait chanter pour nous et la mer, nuit et jour,
Viendrait accompagner nos caresses d'amour
De sa basse infinie !


Poème d'André Theuriet
Musique: Reynaldo Hahn
Interprète: Tino Rossi (1935)


Fermer