Le tango de Manon


- 1 -
C'est Montmartre le soir, le champagne pétille
Au milieu des chansons et des rires des filles
Un tango langoureux s'exhale des violons
Mais soudain tout se tait lorsque paraît Manon
Manon, c'est la beauté, la radieuse jeunesse
Manon, c'est des romans l'idéale maîtresse
Manon, c'est une enfant échappée du couvent
Qui rentre étourdiment
Dans la vie, hélas, en dansant.

Danse, danse, Manon, le tango de folie
Qui t'attire, te prend et t'entraîne, ravie,
Le tango qui te grise en te prenant la vie
Fragile papillon
Danse, danse, ô belle Manon.

- 2 -
Manon, tes yeux profonds reflètent la nuit brune
Tes pâles cheveux d'or sont un rayon de lune
Tes lèvres de corail ont l'air d'un fruit vermeil
Ton sourire éclatant éclipse le soleil
Manon, prends-moi, prends-moi. Je te veux car je t'aime
Lui dit un amoureux dans un élan suprême
Viens près de moi, je sais des secrets merveilleux
Qui t'ouvriront les yeux
Sur un au-delà mystérieux.

Viens donc, prends avec moi, le poison de folie
Qui t'attire et te prend, qui grise, ô ma jolie
À nous aimer d'amour, nous passerons la vie
C'est le ciel, ô Manon
Qu'ouvre le magique poison.

- 3 -
En l'éclair d'un printemps sur sa route fleurie
Manon a tout tenté, tout goûté de la vie
Comme un parfum subtil s'envole sa santé
Mais qu'importe la mort, si l'on meurt en beauté
Allons, vous, les violons, attaquez donc la danse
Et d'un tango final, rythmez bien la cadence
Mais, brisez vos archets, vous avez réussi
Que tout s'arrête ici
Pour Manon le bal est fini.

Car, rose, elle a vécu ce que vivent les rose ...
Manon, comme une fleur, est morte à peine éclose
Selon sa volonté, dans un geste dévot
Fleurissez son tombeau
De roses de couleur tango.



Paroles: Émile Gibert - Musique: Fernand Heintz
Interprète: Annie Flore (1956)

Fermer