Vieillir c'est souffrir

- 1 -
Quand on vieillit on retourne en enfance
Avec un rien, on rit, on fait joujou
Et des fois même ça tourne à la démence
Et l'on s'entend chaqu' jour appeler vieux fou
Vieux fou c'est vrai... mais vrai qu'on nous pardonne
Nos cheveux blancs devraient nous protéger
Oui car sous les insultes notre vieille âme frissonne
Et puis... et puis l'on pleure au lieu de se venger.

Vieillir, vieillir, oui c'est souffrir.

- 2 -
Quand on vieillit et qu'on a d'la richesse
Par tous les siens on entend des doux mots
Vos héritiers vous prodiguent des caresses
Mais n'ont qu'un rêve: vous conduire au tombeau
L'on sent très bien leurs paroles hypocrites
Serment d'amour qui sent la trahison
Je vous aime grand-père, mais crève donc bien vite
Et cela vous tue comme des gouttes de poison.

Vieillir, vieillir, oui c'est souffrir.

- 3 -
Quand on vieillit et qu'on n'a pas d'fortune
Afin d'manger il faut courber le front
Il faut subir, ô terrible infortune
De tous les siens chaque jour les affronts
À chaque morceau il y a un reproche
T'as l'droit d'te taire, on te donne ta pâtée
Comme un pauvr' chien battu tu baisses ta pauvre caboche
Tu leur demandes pardon comme si t'avais fauté.

Vieillir, vieillir, oui c'est souffrir.


Interprète: Lionel Parent (1945)

Fermer