Vous avez quéqu'chose

- 1 -
À côté de moi dans un restaurant
J'avais une voisine remplie d'élégance
Ne sachant comment faire sa connaissance
Je la regardais très amoureus'ment
Elle s'écrie: Qu'est-ce que j'ai de si curieux
Cher monsieur
Je n'ai rien pour tirer l'oeil ce soir
J'suis en noir
Je lui dis: Madame, vous faites erreur
Sur l'honneur
J'vois des beautés de toutes les couleurs.

- Ah! ah! dites-moi donc ça
Vous avez quéqu'chose de bleu: vos yeux
Vous avez quéqu'chose de blanc: vos dents
Vous avez quéqu'chose de clair: c'est le ton de votre chair
Qui m'met la tête à l'envers
J'vois quelque chose de rosé: votre nez
Elle me répond tout d'un coup: Et vous?
Vous avez, j'ai tout d'suite vu
Quelque chose de bien pendu
- Ah! mais non, madame
- Mais oui mais oui

C'est une langue qui n's'arrête plus.

- 2 -
Je lui proposai après le repas
De l'accompagner chez elle en voiture
Elle me répondit, metttant sa fourrure:
Si ça vous amuse, moi, ça n'me gêne pas
En taxi j'la contemplai longu'ment, tendrement
Eh bien! qu'est-ce que vous r'gardez encore? c'est trop fort
Je lui dis: Madame je suis comme Ali Baba
J'vois des trésors qui sont un peu là
- Encore? voyons !

Vous avez quéqu'chose de drôle: l'épaule
Quelque chose de merveilleux: les ch'veux
Vous avez, c'est étonnant
Quéqu'chose d'un rouge éclatant
C'est une petite bouche d'enfant
Vous avez quéqu'chose de doux: votre cou
Quelque chose de très mignon: l'menton
Elle me répond: -Vous, pour sûr
Vous avez quéqu'chose de dur
- Eh! bien, qu'est-ce que c'est madame ?
- C'est votre pied sur ma chaussure.

- Et c'est pas tout, écoutez encore madame
Vous avez quéqu'chose de fin: la main
Quelque chose qui est une merveille: l'oreille
Vous avez même, je l'avoue,
De velues joues soyeuses comme tout
Qu'est-ce que je sais? j'sens qu'c'est très doux
La belle alors me répond: Mais voyons!
J'vois qu'votre main s'égare un peu. monsieur
En c'moment vous êtes en train
De caresser l'dos d'mon chien
- Hein, vous dites ?
- Bien oui, de mon chien
Qui est près de moi sur le coussin.


Interprète: Lucien Tourangeau (1930)

Fermer